LES CHOSES DE LA VIE

Je suis en train de regarder ce film avec Romy Schneider, Michel Piccoli….

Et au delà de l’intrigue elle même, d’un film ou la tourmentée Romy préfigure déjà celle qu’elle sera 10 ans plus tard, je ne vois que des acteurs en train de fumer.

Toute la tabagie passive et active est montrée et remontrée, illustrée par des mégots de cigarettes et des cendres de cigare, ou l’air est quasiment irrespirable du fait d’un smog tenace, ou d’un brouillard épais.

Sans tomber dans la nostalgie d’une époque révolue, et plus respirable (bon, nous ne parlerons pas de pollution ici) aujourd’hui qu’hier, mais oh combien synonyme de liberté et d’émancipation ( la vie sans entraves symbolisée par le cow boy…), ces images d’une époque révolue car aujourd’hui réglementée laisse passer un message surprenant, à mon sens.

Dans les années dites des trente glorieuses, en définitive, l’on était sans doute aussi stressé qu’aujourd’hui si ce n’est plus. Le tabac était un échappatoire,

Certes, on fabriquait sans doute les futurs cancéreux d’aujourd’hui (mais à cela peut être serait il maintenant bon de demander à la Seita, à l’Etat, et aux fabricants de tabac de prendre leur responsabilité et d’indemniser notre sécurité sociale ?).

Mais on pouvait s’adonner à ses vices sans ruiner son budget, on pouvait prendre un certain plaisir sans être obligé de se geler ou de se mouiller, et surtout on pouvait le faire ensemble, dans une vraie convivialité.

Car même si l’on était stressé, il y avait toujours du monde pour partager ce moment, cette cigarette, et l’on ne vous jetait pas un regard noir à tuer ou une onomatopée injurieuse à la figure.

On avait le droit de vivre, de profiter de la vie.

Qu’en est il aujourd’hui ?

 

Ps : je veux bien croire que mon analyse ne tienne pas la route; j’attends par conséquents vos remarques, ou analyses contradictoires.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*