La France plus belle ? Ou la France poubelle nucléaire ?

C’est une de ces questions existentielles que l’on se pose un jour, et qui revient vous hanter tout au long de votre vie.

Comme l’origine de la vie, le big bang ou les petits bonhommes verts.

Sauf que cette question est plus grave, elle fait peur.

En fissurant l’atome, en ouvrant une époque de prospérité économique sans précédent, avec de l’énergie coulant à flots, la production nucléaire d’électricité a offert à notre pays, et au monde , une énergie extraordinaire, une alternative aux produits fossiles (pétrole ou charbon).

Au début, malgré la peur que Les bombes sur le Japon ont pu provoquer, tout était rose. Le monde tournait, sans à coups, et un avenir radieux s’annonçait pour la fée électricité.

Oui, mais….pour notre malheur, la production d’un produit quelconque provoque toujours des déchets.

Quand la France comptait 50000 habitants, ce n’était pas très grave; ils pouvaient s’éliminer naturellement, ou être éparpillés suffisamment pour rester « invisibles » et sans danger.

Mais plus aujourd’hui. Les « déchets » de nos centrales nucléiares posent un véritable problème, sans précédent dans l’histoire humaine.

Car il est un problème. Si l’on sait actuellement retraiter les déchets nucléaires pour les « contenir » à peu près, on ne sait pas vraiment ce qui se passera dans le temps.

La question n’est pas de savoir s’il est possible de les enfouir sous terre sans danger, mais quand un accident arrivera t-il , car il sera forcément, à l’échelle de plusieurs millions d’années, temps nécessaire pour que la radioactivité diminue suffisamment.

On voit aujourd’hui les simples ravages du climat sur notre monde, les tremblements de terre et volcans en éruptions.

Quel que soit le site retenu, il existe un risque réel, qui ne peut être écarté, et ne peut être prévu.

Nous sommes des assassins à l’état virtuel, mais assassins futurs. Car il se produira forcément un accident; un jour proche ou lointain.

La solution de l’enfouissement n’et qu’un emplâtre pour cacher la misère.

Il est temps de s’interroger. Il n’est pas possible qu’une autre solution n’existe. Allons nous continuer à nous tuer ainsi, à petit feu ou brutalement, avec le nucléaire ?

Il est urgent de poser la question, et surtout d’en débattre.

Pas besoin d’être un scientifique pour comprendre les tenants et aboutissants de la question.

Il n’y a pas de risque raisonnable en la matière. Il y a un vrai risque, simplement, réel. Nous ne pouvons l’écarter parce qu’on nous le dit.

Posons la question, levons le voile de la dissimulation et de l’hypocrisie.

 

http://verdun.over-blog.net/article-23695280.html

 Nous devons savoir ce que nous voulons, pour nous et nos enfants, les futures générations.

Un dernier détail : qui pourra dire quelle langue nous parlerons et si la France en tant que telle existera dans plusieurs millions d’années? Comment prévenir les générations futures à l’échelle du million d’année des dangers de s’aventurer sur un site radioactif ?

4 comments for “La France plus belle ? Ou la France poubelle nucléaire ?

  1. 8 septembre 2012 at 14 h 47 min

    COUCOU,
    Tu le dis toi-même, pas besoin d’être scientifique pour comprendre…

    L’enfouissement, ne pourrait être que transitoire !
    J’ai l’impression que déjà le terme « nucléaire » fait peur à beaucoup.
    Et, les personnes qui sont censées apporter une réponse n’ont que peu de réactions, le devenir de notre pays, n’a pas l’air d’intéresser beaucoup de monde.
    Comment se fait-il que le devenir à long terme ne sensibilise personne (enfin à mon humble connaissance).
    Et quant à ton « qu’en pensez-vous ? » de toute évidence, peu pensent sur fb… !
    Je rentre de quelques jours passés chez ma fille, trop de bonheur de voir mon petit-fils.
    Bon week-end à vous deux.
    BISES

    • 8 septembre 2012 at 15 h 20 min

      Penser ????pour quoi faire? Les romains l’avaient compris, notre civilisation occidentale l’a fait.

      Donnez moi du pain et des jeux et je serais comblé.

      C’est ce qui se passe. Et encore je la fais courte. Car la similitude avec l’empire romain est flagrant….

      Dans tous les cas ce ne serait pas sur facebook.

      Facebook a un gros avantage : rassembler la planète…malheureusement, souvent pour jouer à des jeux distrayants mais simplets…..

      Bises, bruno

  2. 8 septembre 2012 at 17 h 46 min

    tu as raison, en définitive FB est-il l’endroit idéal ?
    l’on véhicule nos articles, et certaines personnes (dont moi, en toute modestie, Claire et 4 ou 5) se sentent concernées et motivées, mais allons nous réussir à remuer ce panier de crabes ?
    sans FB il y a des millions de gens qui ne sauraient quoi faire de leurs journées et nuits.
    A +

    • 16 septembre 2012 at 15 h 26 min

      Si elles sauraient quoi faire.

      On a beaucoup décrié les camps de scouts et d’éclaireurs, avec raison sans doute.

      Mais on y apprenait la vie en collectivité, au grand air, et savoir s’occuper de manière à la fois ludique, amicale et constructive.

      Je n’ai pas besoin de facebook et pourtant je suis un « geek ». Je trouve tant d’intérêt dans la nature humaine que mon grand regret est de n’avoir plus de temps.

      D’autres font du tricot ou du patchwork, d’autres lisent.

      Et tous les autres ?????ils pourraient sans doute s’ils étaient guidés apprendre à progresser, à vivre dignement, en dehors de facebook.

      Bon ce commentaire la je le publierai bien sur facebook, pour m’attirer de nouveaux amis….

      bises, Bruno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*