Et maintenant ?

Je reviens du concert de Johnny Hallyday à la salle de spectacle du Millénium d’Epernay. (concert du 31 octobre 2009).

J’avoue que cela a été un grand moment, partagé entre Et maintenant, Gabrielle, ou du Elvis Presley à la sauce Johnny en passant par rock ‘n roll ou allumer le feu.

Je ne suis pas fan. Et me laisser entrainer par mon amie, fan de la première heure, est un exploit.

Cependant, j’ai voulu lui  faire plaisir.

Et bien je dois dire que pour 55 euros le billet (debout dans la fosse, quelques malaises de spectateurs vous donnent l’ambiance électrique et chaleureuse), Mr Hallyday fait vraiment du spectacle. Du grand spectacle.

Et le voir en chair et en os, si proche de son public (la salle est relativement petite et à taille humaine, mais comble), c’est touchant.

Une salle remplie de spectateurs de tous ages et de tous horizons, venus en ce lieu pour idolâtrer leur chanteur et reprendre en coeur ses chansons pleines de nostalgies. et bouger en cadence, frapper dans les mains, onduler au rythmes soutenus, en criant « Johnny on t’aimes ».

Un spectacle grandiose, savamment orchestré, marqué par des pauses musicales de ses musiciens, grandiose par la magie des torchères qui s’allument en rythme ou des salves de papiers métalliques qui descendent en nuages sur les spectateurs.

Un spectacle qui prend une dimension particulière grâce à la descente d’une passerelle ou s’engouffrent musiciens, choristes et Johnny, qui, ainsi avancé dans la salle, au milieu de son public, demande à ce que soient allumées les lumières afin de pouvoir voir son public, qu’il va remercier de sa présence.

Quant à la qualité de ses chansons, je suis incapable d’en dire plus, n’ayant aucune oreille, et n’étant pas mélomane.

Mais rien que les paroles suffisent à vous éblouir.

Au passage, un immense soutien à sa femme ambassadrice de l’Unicef, avec des images sur son écran géant de ses actions.

Mais je ressors de la, conquis par la magie de ces deux heures magiques, les oreilles encore sonnantes (trop de basses à mon gout, j’en ai encore les poumons qui résonnent!), et prêt à reccomencer.

A côté de moi, une larme à l’oeil, une mamie range son appareil photo numérique, qu’elle aura continuellement utilisé pour avoir des souvenirs.

Mon amie est heureuse, et éblouie.

Merci Monsieur Halliday. De nous avoir fait vibrer. De nous avoir offert ce moment de bonheur et de magie.

Et longue route encore à vous.

Ps : Si jamais vous lisez ces lignes, j’ai besoin de vous pour donner un peu de bonheur à mon amie, fibromyalgique  (je peux dire qu’elle a pris sur elle ce soir mais va souffrir longtemps de cette soirée pour avoir voulu vous revoir.)

Ps dommage que cet instant soit gâchée par la sortie difficile du parking de la salle, du fait d’une mauvaise organisation. La ville d’Epernay devrait pouvoir organiser une sortie plus aisée avec quelques agents, présents et attentifs, mais ne régulant pas l’enchevêtrement des voitures.

Article écrit 31 octobre entre 23h45 et minuit 37

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*